Les élèves sont ravis d’avoir pu rencontrer le scénariste Régis Hautière.

 

Chartres-de- Bretagne – 04 Avril 2015

Les onze classes de l’école élémentaire l’Auditoire ont participé au prix littéraire Littéralouest, organisé par l’association du même nom. Basée à Guichen, son objectif est de donner envie de lire aux jeunes lecteurs. Et ce, en proposant une sélection d’ouvrages et en organisant des rencontres avec des auteurs et illustrateurs du Grand Ouest.

Pour ce prix, auxquels de nombreuses écoles et collèges de la région ont participé, cinq livres par niveau ont été retenus. Les élèves ont lu les livres correspondant à leur tranche d’âge et chaque classe a voté pour son livre préféré. Cinq auteurs de la sélection sont venus au cours de la semaine rencontrer les classes.

Jeudi après-midi, Régis Hautière, scénariste d’origine bretonne qui habite en Picardie, a passé une heure dans deux classes de CM1 et CM2. Il leur a raconté son parcours à travers les nombreuses questions posées. « J’ai commencé à écrire des histoires pour la bande dessinée vers 30 ans ».

La guerre expliquée aux enfants

Il leur a aussi parlé du temps qu’il faut pour écrire une BD : « Une page demande une semaine », de son inspiration, « pour en avoir, il faut beaucoup lire ».

Concernant son livre La Guerre des Lulus, il a expliqué : « Habitant une région très marquée par la guerre de 1914-1918, j’ai constaté qu’aucune BD sur le sujet ne s’adressait aux enfants ; c’était aussi une demande de ma fille. » Il met en scène des enfants orphelins en zone occupée. « C’est aussi la première BD pour laquelle je me suis intéressé au public. » Après les deux premiers tomes, il y aura une suite avec trois autres épisodes, « car j’aime faire revivre le passé ».

Machine à bisous

Dans une autre classe de CE2, Charlotte Cottereau, illustratrice, a décrit sa passion pour le dessin. « J’ai toujours dessiné et j’ai décidé d’en faire mon métier, en me formant pendant trois ans. » Les questions sur son travail ont été nombreuses. « Je lis l’histoire et je vois si elle m’inspire, puis je m’entraîne. » Elle débute au crayon de bois puis utilise une tablette graphique. Elle leur a montré les cinq étapes d’un dessin depuis l’esquisse au final avec le texte. Elle leur a parlé de son album Ma Grande Soeur à moi et leur a expliqué les dessins de chaque page de son premier album Les baisers de Cornélius, avant d’en exécuter un en direct. La séance s’est terminée par un dessin personnel d’une machine à bisous.